Quelle place pour le photovoltaïque ?

Le photovoltaïque est sans conteste avec l’éolien l’énergie propre la plus connue du grand public. Néanmoins la question de sa place dans le mix énergétique se pose dans le contexte de l’expérimentation du label E+C- et de la réflexion sur la future réglementation thermique à venir en 2020.

Commençons d’abord par une rapide présentation de photovoltaïque, c’est une technologie qui transforme l’énergie issue des rayons du soleil en électricité via des panneaux ou plus récemment des tuiles. Cette énergie présente divers avantages, elle ne libère pas de gaz à effet de serre et les installations photovoltaïques peuvent être situées à la fois près du consommateur (logique d’autoconsommation) ou dans de grands complexes situés loin des réseaux. De plus, le photovoltaïque permet aux usagers desservis par le gaz de pouvoir se conformer à l’exigence réglementaire de 10 % d’EnR dans leur bâtiment. (Plus d’information sur sur le site http://www.equilibredesenergies.org/25-04-2017-le-photovoltaique-est-il-a-craindre)

Néanmoins malgré ses nombreux avantages sur le plan environnemental, il se pose la question de la place du photovoltaïque dans le mix énergétique français. En effet, la Loi sur la Transition Energétique et le Plan Bas Carbone ont pour objectif de faire diminuer de façon conséquente les émissions de CO2 de la France. Mais dans les faits, la RT 2012 et maintenant le label E+C- tendent à favoriser le gaz au détriment de l’électricité, et donc de l’électricité produite par les panneaux photovoltaïques ?

Les conséquences du label E+C- sur le photovoltaïque

Le label E+C- a pour principal inconvénient selon plusieurs industriels de mettre les différentes énergies propres (chaleur renouvelable et électricité renouvelable) en concurrence entre-elles. La chaleur renouvelable est puisée à partir de calories du milieu naturel et ensuite transformée en air intérieur. Quant à l’électricité renouvelable, elle est produite à partir de systèmes éoliens, photovoltaïques et connait une forte intermittence du fait des aléas climatiques. En faisant jouer la concurrence entre les deux énergies, ce nouveau label – encore en phase d’expérimentation – met en danger la filière photovoltaïque qui se retrouve confrontée à la chaleur renouvelable sans que cela apporte une quelconque plus-value au niveau environnemental.

Le photovoltaïque a pleinement sa place dans un mix énergétique équilibré

Comme développé plus haut, le photovoltaïque compte de nombreux avantages pour l’usager et s’inscrit pleinement dans les engagements français pour la planète. Il est donc étonnant de constater qu’avec la réglementation actuelle, le photovoltaïque n’a pas pleinement sa place dans le mix énergétique française du fait que les solutions (chauffage, ventilation…) pour utiliser l’énergie produite par les panneaux solaires soient pénalisées.

Par conséquent, pour faire sa juste place aux différentes énergies, il est primordial de prendre en compte le photovoltaïque dans les futures réglementations à venir. En particulier sur les territoires où le photovoltaïque peut s’avérer être un atout majeur du fait d’un fort ensoleillement, comme en Provence-Alpes-Côte d’Azur où il serait possible à terme d’avoir 100 % de la production venant des énergies propres.

Il serait pertinent que les futures réglementations prennent en compte le RER (Ratio d’énergie renouvelable) qui permet d’estimer d’évaluer le ratio énergies renouvelables / de récupération.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>